Conseils du pro

Perception de la couleur et influences

La perception des couleurs est un vaste sujet. Chacun peut percevoir les couleurs de manière différente. Pour comprendre ce qu’est la couleur, il faut s’intéresser à ce qu’est la lumière.

La lumière, au sens commun du terme, n'est que la partie visible (et infime) d'un phénomène plus vaste: les ondes (ou rayonnements) électro-magnétiques. Une onde électro-magnétique peut se définir par la donnée de sa longueur d'onde. C'est une grandeur qui s'exprime en unité de longueur.

Notre œil n'est sensible qu'aux rayonnements dont la longueur d'onde se situe grossièrement entre 0,38 et 0,75 millionièmes de mètre (0,38 à 0,75 micro-mètres, notés "µm"). Selon la valeur de cette dernière, nous percevons le rayonnement comme une lumière d'une certaine couleur.

La perception de la couleur peut donc être influencée par de nombreux facteurs et est propre à chaque personne.

1 La lumière

La lumière joue un rôle dans notre perception de la couleur.

Ainsi, en fonction de l’heure de la journée, de l’intensité lumineuse, de la source de lumière (naturelle ou artificielle), les couleurs vont nous apparaître avec des nuances différentes.

Pour obtenir un rendu des couleurs optimal, il faut une température de couleur de 6500 degré Kelvin (équivalent à la lumière du jour) et un IRC (Indice de Rendu des Couleurs) d’au minimum 80.

L’exposition de la pièce ou du bâtiment (Nord/Sud…) ainsi que l’intensité lumineuse en fonction des heures de la journée vont modifier sensiblement la perception de la couleur.

Il est donc important de prendre ce facteur en compte lors du choix des couleurs.

Pour une pièce exposée au Nord, recevant peu de lumière, il est conseillé d’opter pour des couleurs plus chaudes pour réchauffer l’atmosphère.

2 La matière

La perception de la couleur sera également influencée par la texture sur laquelle elle sera appliquée.

Ainsi, la couleur aura un rendu différent sur une surface lisse que sur une surface rugueuse ou en relief.

 

3 La distance

La distance peut également affecter notre perception de la couleur. Notre champ de vision étant élargi, notre vision est influencée par la vision périphérique.

Les couleurs sont plus froides en s’éloignant.

4 Les contrastes

Une même couleur pourra être perçue différemment selon les couleurs qui l’entourent ou la source de lumière qui l’éclaire.

Ainsi, 2 couleurs qui semblent identiques à la lumière du jour peuvent être différentes à la lumière artificielle (différence de pigments). A l’inverse, 2 couleurs différentes peuvent apparaître similaires lorsqu’elles sont éloignées, mais se révéler bien différentes lorsqu’elles sont juxtaposées. Les contrastes jouent un rôle incontestable dans la perception de la couleur.

Prenons l’exemple d’un gris très clair qui peut paraître blanc s’il est vu indépendamment et qui va clairement montrer sa personnalité dès lors qu’il est positionné à côté du blanc.

5 L'impact de la couleur dans l'espace

Il existe une double interaction de la couleur avec l’espace.

Notre perception de la couleur est influencée par la superficie sur laquelle elle est apposée, mais à l’inverse, le choix du positionnement des couleurs dans l’espace influencera l’impression de volumes.

L’effet de superficie

Plus la surface couverte est grande, plus la couleur paraît vive. Il est donc important de bien positionner les couleurs pour conserver l’atmosphère recherchée.

Les jeux de volume

La couleur permet également de jouer sur la perception des volumes dans une pièce. Ainsi, en utilisant des teintes plus ou moins foncées sur les différents espaces (murs, plafonds, portes), on peut jouer sur la volumétrie de la pièce.

Quelques exemples :

Jouer le monochrome Blanc fait perdre ses formes à la pièce, l’espace semble agrandit.

Un sol plus foncé renforce la stabilité de la pièce.

Pour abaisser le plafond, appliquer une couleur plus foncée rend la pièce plus intimiste.

L’espace devient plus fermé.

Un rappel de la teinte soutenue au sol et au plafond avec des murs clairs permet d’élargir la pièce et de l’abaisser.

Cette configuration rend la pièce plus étroite et accentue la hauteur de plafond. Nous observons un effet couloir.

Pour délimiter un espace dans une pièce on peut utiliser l’effet tunnel en peignant de la même teinte, plus soutenue, mur et plafond et ainsi ouvrir vers le fond.

Pour augmenter l’effet de stabilité de la pièce, on peut « couper » les murs en 2 parties de teintes différentes : teinte soutenue en bas, proche de celle du sol.

Un monochrome teinte foncée rétrécit l’espace et alourdit la pièce.

Pour agrandir l’espace, on utilise plutôt des tons pastel et des teintes claires. Les couleurs foncées absorbent la lumière et tendent à réduire l’espace visuellement.

Pour mettre en avant un élément, on peut jouer sur les contrastes.

Le choix de la couleur doit se faire en fonction de l’ambiance que vous souhaitez donner à la pièce. Jouez sur les effets d’optique pour obtenir l’atmosphère recherchée.